«

»

Jan 05

Pourquoi je déteste les moustiques

Il est vrai que je ne connais pas grand monde qui aime les moustiques, mais moi je les déteste plus particulièrement depuis cetteanecdote.

L’été arrivant, nos ennemis piquants et bzittants (oui c’est un nouveau mot) viennent envahir nos maisons.

A la tombée de la nuit, impossible d’échapper à leurs sournoises piqûres, à moins de s’asphyxier au raid, ou de revêtir une combinaison intégrale en néoprène.

Prendre l’apéritif en extérieur devient une corrida dans lequel le torero serait minuscule et incroyablement tenace.

La nuit, il est légion d’être réveillé en sursaut par un de ces vicieux qui a élu domicile dans votre oreille, ou qui tournicote méchamment autour de votre tête embrumée de sommeil.

Et c’est parti pour des heures de grattages, de cicatrices disgracieuses sur les jambes et les bras.

Notre métropole Lilloise est d’ailleurs particulièrement infestée de moustiques, à tel point que le département lutte contre leur prolifération en déversant des insecticides parhélicoptère.

Pourtant un matin, il m’est arrivé une histoire pas banale.

Dans un pot de miel resté ouvert sur la table, un moustique était englué. Il était cependant vivant et battait pitoyablement des ailes en essayant de dégager ses pattes et sondard.

Prise de pitié pour cet animal, je décidais alors de l’aider.

Je l’ai repêché sur un coton-tige, et j’ai nettoyé patiemment ses petites pattes avec un autre coton-tige imbibé d’eau.

Imaginez la scène, nettoyer les pattes d’un moustique minuscule, si c’est pas du délire ça !

Enfin, ma tache accomplie je le laissais partir en lui recommandant de ne pas m’oublier, et de demander à ses copains moustiques de ne plus venir me piquer.

Peine perdue, le soir même j’étais déjà en train de me gratter frénétiquement… Saletés de moustiques

Et vous, avez-vous déjà sauvé un animal ?

Laisser un commentaire

WordPress Backup