«

»

Jan 06

Six Months Ago (2nd part)

Il est environ 2h30, je suis réveillée en sursaut par uneimpression … humide.
Je m’assieds péniblement dans le lit.

« Chéri ! Je crois que j’ai perdu un truc »
Il se réveille d’un coup « Quoi ! Quoi ? »
« Je crois que j’ai perdu les eaux »

Panique générale du coté de l’homme que je vois bondiller (oui bondir et sautiller ça donne un hybride bien sympa) dans tous les sens à la recherche de son caleçon /son pantalon / sa chemise / sa raison, pendant que je n’ose pas faire un geste de peur de créer une mare sur notre moquette de chambre neuve.

« Apporte moi une serviette, je peux pas me lever »
Effectivement, lors des coursde préparation, ma sage femme nous avait dit qu’on perd l’équivalent d’un verre d’eau oui mais toutes les 10 secondes alors !!!

Je me dirige doucement vers la douche, et j’envoie Chéri-chéri me préparer un thé.

Sous la douche, pas de doute, je suis bien en pleine perte des eaux. Je suis calme, mais tout se bouscule dans mon esprit. Je fais mentalement la liste desdernières choses à glisser dans mon sac.

Je trouve un protège-slip, et me voilà en panique devant mon tiroir de lingerie, incapable de trouver une culotte. Je fouille, je fouille, je ne trouve pas de culotte. Au bout delongues minutes je finis par en dégotter une vieille en coton blanc, parfaite pour aller accoucher.
Je colle le protège-slip avec application au fond de la culotte, je l’enfile, je met mon jean.
Une minute plus tard je me débarrasserai de mon jean et de ma culotte, intégralement trempés, passerai une robe et renoncerai à l’idée de mettre une culotte.

Dans le couloir, Chéri-chéri m’attend, un thé brûlant à la main.
« Mon coeur, crois tu vraiment que j’aie envie d’un thé ? »
« Mais.. mais »
« Au moins ça t’as occupé »
« … »

Nous nous regardons, l’air con « On va voir notre bébé »

On part, je me dandine jusqu’à la voiture, une serviette de toilette entre les jambes. Du liquide amniotique coule jusque dans mes chaussures, j’arrive à m’installer coté passagersans soucis. La rue est déserte.

Comme c’est la première fois que Chéri-chéri se rend à la clinique, c’est moi qui le guide, comme si je n’avais que ça à faire.

Arrivés aux urgences de la maternité, à l’accueil un vieux nous regarde, l’air de pas savoir ce qu’il fout là. 
« Oui c’est pour quoi ? »
« 
J’ai eu une envie de jambon en pleine nuit, alors je suisvenue. Pour accoucher connard« 

Je suis transférée dans une chambre d’examens. 
« Ah oui, vous avez perdu les eaux » nan sans déc’
« Vous avez des contractions ? »
« Euh je sais pas…pourquoi? il en faut? »

Après 1 h de monito, le verdict tombe, je n’ai pas de contractions. Même pasune petite riquiqui, rien.

Comment ça je vais pas accoucher ??? 

On me fait une échographie, la technicienne qui vient visiblement de de réveiller, raconte n’importe quoi. Elle m’annonce un gros bébé, plus de 4kg qu’elle me dit.
Je visualise ma foufoune et 4kg, ça va piquer.

il est 6h du matin, je n’ai pas le droit de rentrer chez moi. On me met dans une chambre en service pathologie. Chéri ne peut pas rester. J’ai envie de pleurer.

Tout de suite, la suite…. 

Laisser un commentaire

WordPress Backup