«

»

Jan 06

Six Months Ago (3rd part)

Il est 6 heures du matin, je suis dans une chambre à la maternité, seule, pas tout à fait. Je partage machambre avec une autre femme, qui doit être dég d’avoir été réveillée par tout ce barrouf si tôt.

Je passe une chemise de nuit. Aux urgences, j’ai hérité d’un slip en filet et de protections équivalent parpaings.  

Le petit déjeuner arrive à 7h, j’en profite pour discuter avec ma voisine qui est enceinte de 5 mois et qui a fait une chute, elle sort aujourd’hui. On se marre toutes les deux enregardant des conneries à la télé.

Une sage-femme me pose un monito, je m’endors pour 1h au son des battements de cœur de mon fils

Toujours pas de contractions, on me parle de déclenchement, je ne comprend rien, je ne sais plus quel jour on est.

Ma voisine part en début d’après midi, et Chéri-chéri passe me rendre visite rapidement.

Je n’ai rien d’autre à faire à part bouquiner, je dévore un roman à la con en une après midi. 

En début de soirée, on m’annonce que le lendemain, le travail sera déclenché, on vient me chercher à 8h.

J’appelle mon amoureux pour le tenir au courant et lui souhaiter une bonne nuit.

Tranquillement, je me prépare pour une nuit réparatrice avant la journée éprouvante de demain.
Il y a SuperNanny à la télé, parfait pour me détendre, vers 22h, les infirmières passent une dernière fois.
« Tout va bien ? Vous n’avez besoin de rien ? »
« Ben écoutez j’ai mal au ventre, j’ai envie d’aller aux toilettes mais je pense que je suis constipée, vous avez quelque chose pour moi ? »
« Bien sur on vous amène un laxatif »

Un suppo et une heure plus tard, ces satanées crampes d’intestin ne disparaissent pas mais sont au contraire de plus en plus douloureuses. Me vient une idée de génie : contractions? 
Effectivement, toutes les 7 minutes je suis pliée en deux par ce mal de bide. J’appelle la sage femme.

Elle me confirme qu’il sagit bien de contractions, m’examine, mon col est long, à 2 et n’a pas bougé. Elle me recommande de la rappeler dans une heure pour faire le point. Il est 22h30.

J’envoie un message à Chéri-chéri « Hésite pas à dormir car il est possible que ça commence avant déclenchement. Je te tiens aucourant »

Pendant une heure, je marche de long en large dans ma chambre, m’arrêtant pour souffler toutes les contractions. C’est douloureux mais je gère. 

23h30 j’appelle de nouveau la sage-femme, lui confirme que ça fait toujours bien mal. Comme c’est une sage-femme et qu’elle connaît son métier, elle veut pas me faire de faussejoie.
« Vous savez quelquefois, les contractions s’arrêtent d’elles même » chier !

Elle me refile 2 dolipranes, 2 spasfons et 2 atarax avec pour consigne de la rappeler dans une heure.

Il y a une suite, et c’est pour demain…

 

Laisser un commentaire

WordPress Backup