«

»

Mar 29

Et la famille s’agrandit (Au départ c’est une bonne idée)

Cette semaine, je vous propose une série de 3 billets très perso. J’ai vécu après la naissance de MissT une période de dépression Post-Partum courte mais intense. Je veux en faire le témoignage car aujourd’hui je vais bien, je me sens capable de répondre à vos réactions. Je préviens tout de suite qu’il va y avoir des épisodes assez violents mais j’assure à tout le monde qu’aucun enfant n’a été maltraité pendant les événements qui vont suivre.
n
nHeureux parents, oui voilà ce que nous étions, heureux parents d’un petit bonhomme qui allait sur ses 2 ans et demi et qui devenait autonome. Quand soudain, ça m’a pris, comme une envie de pisser.

nnn

Drum ! Tu crois pas qu’il est temps d’envisager un petit deuxième ?

nnn

Si, il était temps, il était d’accord, nous venions d’acquérir un logis capable de nous accueillir en tant que ‘plus’ grande famille. Rendez-vous fut pris chez le gynéco et c’était parti pour la grande copulation ! youpi !
n
nDois-je m’en plaindre ? la grande copulation ne dura pas longtemps, le quinzième jour j’étais enceinte, le seizième jour je vomissais tripes et boyaux, ce pendant quatre mois et demi.
n
nCommença alors la longue attente, pendant 3 mois nous souhaitions garder cet événement pour nous. 3 mois pendant lesquels il a fallu ruser, faire illusion, introduire en douce des bières sans alcool dans les soirées, expliquer cette intense fatigue par un surcroit de travail et l’approche du déménagement. Évidemment on s’est fait gauler, à plusieurs reprises même, il a fallu demander de la discrétion.
n
nEt puis, nous avons annoncé la prochaine arrivée d’un bébé à GumBoy, qui a très bien réagi, expliquant avec beaucoup de sérieux à tout le monde qu’il y avait une petite sœur pour lui dans le ventre de FoxyMama. En effet, pour GumBoy et DrumMajor pas question d’envisager la naissance d’un deuxième petit boy, ils voulaient une fille un point c’est tout. Pour ma part j’étais plus réservée, fille ou garçon, peu importe finalement, même si une petite fille évidemment ….
n
nUne échographie confirma que c’était bien une petite fille qui grandissait dans mon ventre, chouette nous allions rétablir la parité à la maison !
n
nLa grossesse se déroula tranquillement avec son lot de désagréments, les insomnies, les nausées qui persistaient, les aigreurs d’estomac, une pubalgie XXL qui remettait le couvert et puis des contractions, des contractions, beaucoup, trop pour le médecin qui décida de me mettre en congé un mois avant la date normale de mon arrêt maternité. C’était l’automne et je me recroquevillais tel un cocon douillet pour la petite locataire de mon ventre….

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. alameresi

    La dépression post-partum, ça me fait vraiment flipper, je n’ai pas connu pour Plume mais cette deuxième grossesse étant plus difficile, j’y suis peut-être plus exposée…

    Je n’ose pas imaginer à quel point ça doit être difficile et comme on doit se sentir incomprise de chacun…

    >> C’est pour ça que je veux en témoigner, c’est encore trop mis sur le dos de la fatigue post accouchement. Evidemment, il y a la fatigue mais il y a aussi quelquefois un mal plus profond qu’il ne faut pas ignorer.

  2. PetitDiable

    Joli billet, j’ai hâte de lire la suite!

    >> Il y a 3 épisodes 🙂

  3. babidji

    c’est peut-être le syndrome du 2ème enfant … sauf que nous c’était bébé surprise et que dès le départ psychologiquement je n’étais pas vraiment prête et j’en ai bavé … j’attends la suite pour l’instant on est encore au pays des bisounours 😉

    >> Moi le bébé surprise c’était le premier et demain nous restons dans le monde des bisounours

  4. MissBrownie

    Waouh, dès le lendemain tu avais des nausées !? Pas d’chance…

    >> Oui et pendant longtemps et comme elles arrivaient généralement en milieu de matinée, c’était au boulot! youpi!

  5. Maman Crotte

    Pas Glop !
    Bien des années plus tard, j’ai compris que j’en avais fait une belle après la naissance de mon numéro 1. J’évite le sujet. Toujours. J’ai du vaguement en parler à ma mère, une fois ou deux. De loin.
    Quand j’ai rencontré mon ZhoM, le vrai j’aime souvent à dire, je lui ai toujours dit ‘Plus jamais d’enfants ! ». Tétanisée par ce qu’une nouvelle grossesse, un nouvel accouchement. J’ai vécu avec le fantôme de tout ça, mes deux grossesses suivantes.

    Ca te fera du bien de mettre tout ça par écrit. C’est trop souvent ignoré, négligé, voir dénigré.

    >> C’est terrible quand on vit ça et surtout le sentiment de culpabilité et l’incompréhension de tous.

  6. Sweetmome

    j’ai hâte de lire la suite. Je ne sais pas si j’ai vécu quelques choses de similaires, j’ai eu quelques semaines très très basses pendant les 2 premiers mois de Gabichou mais je ne sais pas si c’était la fatigue ou si vraiment j’étais malheureuse.
    ça va te faire du bien d’écrire tout ça en tout cas !

    >> Ben j’en avais les larmes aux yeux tout à l’heure en tapant la suite

Laisser un commentaire

WordPress Backup