«

»

Mai 18

Etre Mère ça picotte à la tête

C’est quitter une soirée alors qu’il reste du punch dans le saladier.

nn

Parce que depuis que je suis mère, à chaque fois que je me la suis collée, j’ai payé ma cuite le lendemain matin.
n
nAvant, quand j’étais insouciante et lisse, j’écumais les soirées à coup de « Bah alors, on en r’boit une ou on s’encule? » A ça c’est sûr, je frétillais du popotin mon verre sans fond à la main.
nJamais ne n’aurais quitté une soirée sans avoir au préalable vérifié s’il ne restait pas une dernière bière au frigo. En même temps j’habitais en ville, je pouvais rentrer en claquant des pieds ; majorette style.
n
nBiture, je criais ton nom !
n
nEt puis un enfant est sorti de moi, évidemment j’ai fait style de rien, au moindre rayon de soleil je me précipitais aux terrasses des bistrots. Avec mes copines on se pressait à 12 autour d’une table grande comme une assiette à dessert, on attendait 1/4 h pour une bière, du coup on les commandais par deux. Quitte à rentrer en zigzaguant derrière la poussette, je tenais bon.
n
nSauf que, le bébé, lui il en avait rien à foutre de savoir que je m’étais murgé la veille au soir, et samedi matin, il ne sait pas ce que ça signifie.
nAlors on a commencé à voir des couples avec enfant, habitant hors de Lille. Il fallait rentrer en voiture, donc ne pas boire plus de deux verres. Une nouvelle conception des soirées quoi!
n
nEt puis un deuxième enfant est sorti de moi. Là j’ai complétement capitulé, d’ailleurs, c’est nous maintenant le couple avec enfants qui habite en banlieue. En plus j’allaite.
nSi par chance extraordinaire on sort et que j’ai prévu de tirer du lait, ben il faut quand même que j’ai les idées claires afin de récupérer les gosses, les lit-parapluies, les doudous, pas se casser la gueule dans les escaliers avec tout le fatras pour tout mettre en ordre dans le coffre du break. (Putain j’ai envie de chialer en écrivant break). De toutes façons il faut bien que je conduise sur le chemin du retour.
n
nOui parce que DrumMajor dans tout ça, me demanderez vous (à juste titre). Alors, comment dire ? Il a profité de mes grossesses pour boire ma part (un jour je vous raconterai la veille de mon accouchement). Maintenant il profite que j’allaite pour … boire ma part. On a déjà testé le « ce soir c’est moi qui boit, c’est toi qui conduit » sauf qu’il s’en rappelle toujours alors qu’il est en train de finir sa quatrième choppe et que j’en suis à mon deuxième verre…
n
nCeci est ma participation au mercredi thématique de Babidji … Être Mère
netremere-logo.jpg

(11 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Sarah

    le pire c’est que maintenant quand les invités sont partis qu’il reste des bières au frigo… On s’étonne de ça parce qu’avant, avant, avant…
    Bon, Samedi soir il ne doit pas en rester au frigo !!!
    mais ce que je n’aime pas avec l’allaitement c’est que même si tu tires ton lait avant, y a quand même un moment où t’es obligé de re tirer ton lait (alcoolisé) pour passer une nuit potable et te réveiller avec une haleine fétide. Il est tard, t’es bourrée, tu t’écroulerais bien comme une vielle merde dans ton plumard (d’ailleurs y’en a un qu’on entend déjà ronfler) et toi t’es là avec ton pauvre tire lait en te disant… putaiiiiin mais qu’est ce que je fous là !

    >> grave, ça me rappelle des souvenirs dans la cuisine de mes beaux parents, comme une envie de me pendre 😉

  2. PetitDiable

    ah ouais je te comprends, moi aussi « break » ça me donne juste envie de me pendre..
    par contre l’alcool ça ne me manque pas du tout, je n’en buvais quasiment pas avant!

    >> Non mais l’achat du break ça m’a fait plus mal que l’anniversaire de mes 30 ans ou mon premier sourcil blanc, dur!

  3. Isabelle dans les étoiles

    Moi ça me gave de tirer mon lait donc je picole plus.
    Parfois ça me manque car j’ai des gênes belges qui doivent concourir à ma descente de compet’ et la binouze était ma religion!
    Mais en fait, je n’en souffre pas plus que ça… bizarre…

    >> High Five Isa !

  4. cleanettte

    J’ai jamais bu plus d’1 verre d’alcool et encore pas trop fort(je n’y trouve aucun intérêt ni gustatif ni débridant) alors au moins avec des petits j’avais une bonne excuse, ça m’arrangeait plutôt.

    >> Mais tu as de la chance finalement, pas de disputes pour savoir « qui c’est qui conduit », pas de mec qui te réveille en pleine nuit avec un « tu ronfles comme une pochtronne », pas d’haleine de chacal du lendemain…

  5. alameresi

    J’adore ce billet !
    Et tirer son lait un soir de beuverie parce qu’on peux pas le donner et que la poitrine commence à être dure comme une saillie, c’est comme finir en cellule de dégrisement…

    >> Mais carrément c’est ce que disait Sarah dans son comm’, ce sont vraiment des moments de solitude sans pareille.

  6. NiouzMum

    C’est l’avantage de ne pas aimer l’alcool 😉

    >> Roh ouais je me souviens de cette époque où je n’avais pas mis le nez dedans et paf il a fallu la communion de ma voisine pour que je tombe dans la marmite 😉

  7. Mél

    Franchement, j’adre tes posts ton ancien blog me manquait mais franchement celui-ci il déchire vraiment la couche !!! encore merci à chaque fois je m’éclatte.

    >> Merci merci, moi aussi ça me manquait, il va falloir que je tienne la route maintenant que je suis sure de reprendre le taf après l’été!

  8. LamamandeEmma

    Eh oui, je me rappelle la communion de la voisine. J’ai bien ri ce jour là.
    Mais le baptême au punch de ton cousin tu t’en rappelles pas???. Là aussi j’ai bien ri et en plus vous étiez 2 avec la soeurette

    >> Le punch est fourbe, moi j’ai moins ri avec mes dents du fond qui baignaient, mère indigne qui n’empêche pas sa fille de boire 🙂

  9. giu

    ah le bad !!! c’est pour ca que comme je n’ai pas encore de mini-moi j’en profite en disant fierement a Monsieur S. « non je conduis pas, le jour où je serais enceinte c’est moi qui conduirais pendant 9mois alors là j’en profite !!!! » bizarrement ca marche cette phrase … apres je pense qu’il faut avoir de la patience, attendre que les enfants grandissent et soient autonomes pour eviter les lits parapluies et si doudou est oublié c’est de la responsabilité du mini !

    >>Profites, profites!

  10. alameresi

    Euh, nous on veut l’histoire de la communion de la voisine (et savoir quel âge tu avais à l’époque) !!!! Comment pourrais tu intituler ce futur billet?

    >> Allez promis je raconterai un jour comment mes parents on fait de moi une alcoolique notoire et qu’en plus ils se sont foutu de ma gueule

  11. babidji

    même si je ne bois pas ou presque pas (je suis du genre économique comme nana comme je ne bois pas svt un verre de pinard ou 2 et je suis pétée pr tte la soirée) ça n’empêche que les couchers à 4h du mat voire 6h et bien on oubie car le lendemain je n’assure pas un cachou ! je suis exécrable et on passe ts une super mauvaise jrnée car les filles me font payer ma mauvaise humeur, ça monte crescendo et c’est la cata ! comme on n’a que très peu de solutions de garde et bien on sort peu ! il ns reste une solution dt on abuse c’est que nous lançons les invitations en premier, la baraque se transforme en lieu de rencontres régulier, résultat ça nous fait le trajet du retour en moins sur le temps pris dans la nuit et je me permets deux ou 3 verres de muscat de plus … me reste plus qu’à réussir l’ascension au premier étage direction mon lit et l’homme assure le réveil du matin … il est ch’ti … il a de l’endurance (oui je sais caricature … mais tellement vraie) et sait gérer biture et lever matinal ! merci pour cette participation tellement rock 😉

    >> Haha le muscat, on sent la perpignanaise 🙂 Nous aussi on essaie d’inviter à la maison, avec la saison des barbecue qui commence c’est top! mais il y a toujours un moment ou je me dis que raisonnablement je devrais aller me pieuter sauf que ma chambre sert de dortoir à nains 🙂

Laisser un commentaire

WordPress Backup