«

»

Jan 16

La réforme du Congé Parental d’Education, mon grain de sel à moi.

La semaine a été riche en actualité parentale, entre la manif « anti mariage pour tous » et le « non à la réforme du congé parental » ça en fait de l’agitation sur les blogs et les réseaux sociaux.
nC’était lundi que l’appel au « non à la réforme du congé parental » avait été lancé sur internet, à l’initiative d’un collectif de blogueu(r)ses, d’ailleurs vous pouvez aller signer leur pétition en cliquant sur ce lien.
n
nMardi soir en voyant mes blogs préférés fleurir de petits panneaux jaunes d’appel à la mobilisation, je me suis intéressée de plus près au sujet et j’ai consiencieusement lu tous les billets consacrés à la question. Une chose m’a frappé : même si tout le monde est d’accord pour dire que le CPE dans l’état est loin d’être idéal, tous les avis que j’ai pu lire sont farouchement opposés à une réforme. Alors mon coté punk est ressorti et au risque de me faire lyncher par la communauté des Mamans, je dis OUI à une réforme du congé parental d’éducation et je vais essayer d’argumenter ma position du mieux possible.
n
nUn syndrome du « on sait ce qu’on perd, on ne sait pas se qu’on va gagner ».
nActuellement le Congé Parental d’Education permet aux parents de suspendre ou de réduire leur activité professionnelle sans refus possible de l’employeur, de plus il est indemnisé par le Complément Libre Choix d’Activité pendant 6 mois pour le premier enfant, 3 ans à partir du second.
nSur le papier, c’est relativement alléchant, même si concrétement le « sans refus possible de l’employeur » me fait dire « Ha! hahaha!« . J’ai une collègue, qui à la naissance de son premier enfant a souhaité reprendre à mi-temps pendant 6 mois, ça faisait chier notre patron alors il lui a imposé de venir tous les jours de 14h30 à 18h00 tout en sachant très bien qu’elle habite à 60 km du travail. Je connais une autre nana qui a voulu arréter de travailler le mercredi suite à la naissance de ses jumeaux, son patron était ok pour une journée par semaine, oui : le lundi!
nEt puis il est dit qu’une fois le congé terminé, le parent retrouve sa place dans l’entreprise. Moi j’ai eu de la chance, les deux fois, j’ai retrouvé mon poste. Mais combien de nanas se sont faites refiler des postes pourris dont personne ne veut? J’en connais aussi! Ha ben oui, c’est ça aussi le monde de l’entreprise.
nQuand à la mesure qui limite le CLCA à 6 mois pour le premier enfant, elle est injuste et discriminante. Je trouve simplement honteux qu’il y ait une différence si énorme pour le premier né d’une famille.
n
nPeut on vraiment vouloir garder en l’état un congé qui d’une part amène une discrimination sur sa rémunération selon le nombre d’enfants, et qui d’autre part fragilise les femmes, déjà des cibles bien identifiées dans le monde du travail ?
n
nQue dit le projet de réforme du Congé Parental d’Education ?
nCar pour l’instant il s’agit uniquement d’un projet, les discussions avec les parties prenantes ne débuteront qu’en Mars 2013. Difficile donc de savoir à l’avance ce qui va être présenté, mais apparemment certaines infos ayant fuité, font état d’un racourcissement du CPE à 1 an, mieux rémunéré et surtout obligatoirement réparti entre les deux parents.
nil faut garder à l’esprit que ce projet de réforme s’inscrit dans un projet plus vaste concernant l’égalité homme-femme. Quand on sait qu’à l’heure actuelle les mères représentent 99% des parents qui posent ce congé, il y a de quoi s’interroger sur la place des pères au sein de la famille mais aussi sur l’égalité entre les deux parents face à toutes les problématiques de la vie de famille.
n
nMais que disent les mamans en Congé Parental d’Education ?
nJ’ai été bénéficiaire du CPE et donc du CLCA pour mes deux enfants. Après la naissance de GumBoy j’ai arrété de travailler 4 mois afin de reprendre en octobre et donc de mettre toutes les chances de mon coté pour l’obtention d’un mode de garde (les places étant majoritairement disponibles dès septembre).
nAprès la naissance de MissT, j’ai pris 6 mois de CPE, de nouveau afin de reprendre le travail en octobre et pour les mêmes raisons.
nJe n’ai jamais regretté ce choix. D’abord parce que reprendre le boulot avec un bébé de 10 semaines qui commence à peine à faire ses nuits, c’est no way! j’ai besoin de beaucoup dormir pour être efficace la journée, alors avoir un peu de répis supplémentaire et éviter le burn out était ma priorité.
nDe plus, je les trouvais vraiment trop petit pour être gardés à l’extérieur du moins pendant les 6 premiers mois de leur vie et je n’avais pas envie qu’il recoivent ailleurs l’amour que je leur devais en tant que parent.
nEnfin, trés égoïstement, j’avais également envie de passer 2 étés tranquilles, envie de partir chez mes parents avec mes bébés, partir un mois de long, le genre de plan impossible à réaliser quand on bosse.
n
nCertains discours que j’ai pu lire, font état d’une vraie volonté des mères à rester à la maison pour s’occuper de leur enfant pendant 3 ans jusqu’à ce qu’il soit scolarisé. D’autres, majoritaires, indiquent que les mères n’ont pas le choix que de rester à la maison faute de mode de garde pour leur enfant avant l’entrée à l’école maternelle (et qu’au final elles s’y plaisent bien)
n
nNe serait-il pas plus judicieux de déplacer le débat sur la pénurie de modes de gardes ?
nJ’ai eu une chance insolente, pour chacun de mes deux enfants j’ai eu le choix entre 2 crèches à chaque fois. J’ai tout donné, j’ai été surmotivée, j’ai relancé et relancé et ça a fini par payer. Pour moi il était impensable de « devoir » rester à la maison, pouponnant parce que je n’aurai pas trouvé de mode de garde.
nA cause de ce manque de place de crèche, les parents en arrivent à avoir des modes de garde qui ne leur conviennent pas forcément. Je ne m’étonne plus d’entendre des parents se plaindre de la difficulté à trouver une assistante maternelle agréée. C’est bien simple, dans certaines agglomérations, elles sont tellement recherchées qu’elles en finissent par imposer toutes leurs conditions aux parents : les tarifs, les horaires, les dates des vacances. Des amis ont fini par jeter l’éponge avec leur ass. mat. qui leur refusait l’accès à l’intérieur de la maison, ils n’avaient pas le droit de savoir avec quels jouets leur petite fille s’amusait, ni savoir dans quelle chambre elle dormait, tout simplement incroyable quand on sait que ce sont les parents qui sont les employeurs! Allez lire l’excellent billet de MamanCherry à ce sujet, elle a fini par trouver une perle mais après beaucoup d’efforts.
nFaut-il alors s’étonner devant la recrudescence des crèches clandestines ? des nounous sans agrément ?
nJe suis POUR une réforme du mode de garde dans son ensemble, POUR un véritable réseau d’assistantes maternelles, plutôt qu’une liste (mise à jour 2 ans plus tot) fournie par la mairie et démerdes toi cocotte. Je suis POUR une réouverture des petites sections de maternelle que les enfants peuvent intégrer avant 3 ans.
nIl y a 4 513 900 familles avec enfants de 0 à 5 ans en France (familles monoparentales ou non) (source INED) parmi ces familles 352 000 bénéficient du Congé Parental d’Education à taux plein et 218 000 à taux partiel (source Unaf). 7,7% donc de bénéficiaires du CPE à temps plein et 4,8% à temps partiel. Je note aussi que seuls 150 000 à 200 000 parents auraient choisi d’arréter de travailler de manière totalement volontaire ce qui fait 3 à 4% des familles françaises. Au regard de ces chiffres, il devient évidement que l’immense majorité des mères reprend le travail à l’issue du congé maternité (du coup l’argument de l’allaitement qui fait rester à la maison ne tient plus puisque 25% des bébés sont allaités entre 3 et 6 mois, 28% plus de 6 mois (source LLL)). L’offre de place de crèches et de nourrices doit donc être de qualité, en quantité suffisante et surtout beaucoup mieux subventionnée afin que les tarifs ne deviennent pas complétement prohibitifs. C’est de l’avenir du travail des femmes qu’il s’agit, bougeons nous!
n
nEt pourquoi ça me chiffonne tant la place de la femme dans l’entreprise ?
nCa me chiffonne parce que ma grand-mère a vécu à une époque où elle n’avait pas le droit de vote. Parce qu’elle avait besoin de l’autorisation de son mari pour ouvrir un compte en banque ou placer le salaire de son propre travail.
nCa me chiffonne parce que ma mère n’avait pas le droit à l’IVG jusqu’à 5 ans avant ma naissance.
nCa me chiffonne enfin parce que je lis, encore en 2013, des discours disant que les mères prennent majoritairement le congé parental parce que leur travail est moins payé que celui de leur conjoint, parce qu’il est moins soumis à avancement professionnel, parce qu’il est moins qualifié.
nQue nous vivions dans une société où la femme a pour seul choix entre une famille et un travail au rabais ou une carrière au détriment de sa vie personnelle. cette situation m’irrite énormément. Je suis farouchement attachée au concept de l’égalité de droits entre les femmes et les hommes.
n
nJe ne suis absolument pas opposée à un partage du Congé Parental d’Education entre les 2 parents.
nEt si ça doit passer par une obligation et bien pourquoi pas! Faisons évoluer les mentalités bordel! En quel honneur un homme ne serait il pas capable de s’occuper de son propre enfant ? Non mais sérieusement, vous y croyez vous à ce partage des taches entre l’homme et la femme, l’homme ayant pour mission unique et supérieure de se gratter les noix en zappant alors que la femme fait tout le reste. Mais n’importe quoi ces clichés! Les hommes ont bien le droit de se vautrer dans le canapé avec la PS3, comme nous les meufs avons le droit de squatter la salle de bain deux heures pour nous épiler la touffe.
nMerde les filles, faites confiance à vos hommes, aux pères que vous avez choisi. Ils ont les mêmes capacités que nous à s’occuper des marmots (et pas besoin de se faire greffer des seins quand on a deux mains qui permettent de donner un biberon de lait maternel), ils sont capables de lire des histoires, de changer des couches, de faire des calins, de retrouver un doudou égaré aussi bien que les mamans.
nLe projet de réforme tendrait à une obligation des pères de prendre leurs 3 mois de congé parental. C’est quoi 3 mois dans une carrière franchement ? 3 mois, c’est suffisant pour faire une pause famille, d’apprendre à la maman à se détacher en douceur avant sa reprise d’activité, c’est génial pour trouver sa place de père au sein du foyer, pour tisser des liens d’amour avec son enfant. Mais 3 mois c’est peu et ça permet au bonhomme de retourner taffer serein ensuite (surtout que ce congé ne peut être que du temps partiel)
n
nVers une réforme de l’entreprise et du monde du travail ?
nAlors que je posais à la question à DrumMajor sur une possible législation l’obligeant à prendre un Congé Parental d’Education, il m’a répondu :

nnn

« Mais dans mon type de boulot, c’est juste pas possible, il y a déjà tellement peu d’affaires, si on est pas là, on est mort professionnellement! »

nn

Pour bien comprendre Drum est architecte salarié.
nEt les femmes architectes, médecins, chirurgien, chercheur … N’ont elles pas la même problématique que leurs homologues masculins ? Bah si!
nPourquoi alors s’opposer à un projet qui viserait à inciter aussi ces femmes à postes « prestigieux » à prendre une petite pause pour pouponner. Un pause qui serait mieux rémunérée et qui serait partagée avec leurs hommes. Bien évidemment le système actuel le permet déjà, mais les chiffres plus haut montrent qu’il se limite à peu de foyers finalement. L’étendre, le rendre plus attractif, le faire rentrer dans les moeurs, voilà l’idée, voilà ce que j’appelle de mes voeux (d’ailleurs je serai curieuse de savoir quelle catégorie socio-professionnelle bénéficie en majorité du CLCA.)
nInscrire la parentalité dans le monde du travail, voilà le défi à relever. Les programmes ambitieux tendant à réduire les écarts de salaires entre les hommes et les femmes ne serviront à rien tant que ce sont majoritairement les nanas qui prennent le Congé Parental, qui ne bossent pas le mercredi, qui prennent les jours d’enfant malade. Egalement, tant qu’il y aura 95% d’hommes dans les comités de direction, tant que des réunions seront planifiées à 18h00, les femmes auront toujours ce couperet au dessus de la nuque et continueront à préférer un poste moins bandant mais plus cool, laissant la suprématie du monde du travail aux mecs.
n
nBien je pense qu’il est temps de conclure, le sujet m’a visiblement inspiré. Comme vous avez pu le constater au fil de cette lecture, je suis persuadée que ma condition de femme n’est absolument pas une faiblesse dans cette société à condition que nous ne creusions pas nos propres tombes. S’opposer à un projet de réforme qui tendrait à plus d’égalité entre l’homme et la femme est un non-sens à mes yeux et donnerait du grain à moudre à tous ces réactionnaires qui militent pour le retour de la femme à la maison, qui pensent que les homos sont des sous-citoyens, qui veulent dérembourser l’IVG parce que c’est du « confort », tous ces gens qui me dégoutent au plus haut point. Je veux offrir une meilleure société à ma fille et je veux qu’elle soit fière des combats que nous menons aujourd’hui, de la même façon que je suis fière des combats qu’ont gagnés nos mères et nos grand-mères. Hasta la victoria !

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Amélie Epicétout

    En fait faudrait qu’on en discute autour d’un café parce qu’il y a beaucoup de points qui mérite débat.

    >> Oui carrément, ça mérite débat, il est impossible de ne trouver qu’une position sur ce sujet

  2. Mél

    je trouve ton billet vraiment très intéressant. Pour ma part, je suis retournée bossée lorsque mon fils avait 3,5 mois mais j’ai de la chance j’ai trouvé une super nounou. mon poste est incompatible avec un travail à temps partiel, déjà qu’en faisant 40 h semaine j’ai déjà du mal à m’en sortir… mon mari lui est directeur d’un collège privé et fait 70h de travail par semaine il n’a pas réussi à prenre son congé paternité et pourtant il a essayé. du coup il a pris la décision d’aménager son temps de travail et il prend tous ses mercredis après midi sauf exception lorsqu’il a des réunions et franchement il s’y tient vraiment bien. la contrepartie ce sont de gros horaires 2 fois par semaines. comme tu le dis si bien moi mon homme sait tout faire et c’est lui qui fait à manger à la maison et surtout pour son fils car pour lui c’est sa contre partie à cause de ses horaires. il me permet même de souffler car ce week end je pars au ski et je laisse mes hommes à la maison.
    bref c’est un super papa.
    encore merci pour ce blog, je ne loupe aucun de tes articles.

    >> bon weekend au ski et merci pour ton témoignage. C’est le message que je voulais faire passer : si le congé parental était plsu attractif il serait mieux accepté dans les entreprises et les postes de travail mieux aménagés

  3. Femin'elles

    Un des points qui me dérange dans ce projet c’est d’ IMPOSER le congé au papa. Je ne doute pas de leur capacité (mon homme lui sauterait sur l’occas’ pour prendre un congé parental) mais sérieusement combien vont vouloir mettre leur carrière entre parenthèse?
    En parlant d’égalité homme/ femme ce serait bien de réviser d’abord l’égalité des salaires, et le reste, on en reparle après.

    >> Je te rejoins sur l’égalité des salaires, dans ma boite il y a tous les ans des communications à propos des égalités de salaire homme/femme. Et puis quand on creuse un peu le sujet, à savoir pourquoi je n’ai pas le même salaire que mon collègue masculin, la raison est simple : 2 grossesses + 2 CP…

  4. NiouzMum

    J’entends tes arguments mais il me semble qu’on confond en fait 2 débats : la place des femmes dans la société en général et sur le marché du travail en particulier vs le choix de la façon de faire garder son enfant entre sa naissance et l’entrée à l’école. 
    Je ne suis pas contre une réforme du CP dans l’absolu mais je suis contre le fait qu’on m’empêche de m’occuper moi-même de mes enfants jusqu’à leur entrée à l’école si j’en ai envie parce OUI c’est un CHOIX, j’aime m’occuper de mes enfants et ce n’est pas parce que je pense que la place de la femme est à la maison ou par défaut … Après je ne dis pas que NiouzDad ne serait pas capable de s’en occuper, bien au contraire, mais dans notre couple nous avons fait ce choix à 2 que ce soit moi (pour une question de volonté comme pour des raisons financières) …
    Alors réformer le marché du travail et trouver un moyen de faire évoluer les mentalités oui, réformer le CP aussi s’il le faut mais ne pas oublier ceux qui souhaitent continuer avec cette formule … De plus je ne pense pas qu’obliger les pères à prendre un CP fera évoluer leurs motivations ni la mentalité des gens : obliger les gens à faire quelque chose qu’ils n’ont pas envie de faire (ou se sentent contraints) n’a jamais rien donné de bon … Dans ce cas là il vaudrait mieux proposer (en plus de l’existant) des mesures incitant les papas à le prendre (mesure financières notamment qui ne lèseraient pas le budget du foyer si c’est ce qui retient à la base que ce soit l’homme qui le prenne), ce qui révèlerait sans doute que plus de papas sont prêts à le prendre mais ne pas obliger ni « condamner » à ce que l’enfant soit fait garder plus tôt parce que le père n’a pas voulu ou pas pu « prendre sa part » de CP. 
    Commençons d’abord par changer les mentalités dans le monde du travail au lieu de penser que décider à la place des individus va faire évoluer les choses. Après, les gens à qui on a refilé un autre poste à leur retour de CP devraient faire valoir leurs droits auprès de l’inspection du travail, des prud’hommes, de la HALDE, c’est plutôt comme ça qu’on fera bouger les choses. 
    Je ne vois pas en quoi ôter la liberté individuelles des hommes (et des femmes dans ce cas précis) servira la cause des femmes sur le plan professionnel …
    Enfin, et j’arrête mon laïus … je n’ai pas compris le lien entre les chiffres donnés au sujet de l’allaitement et la conclusion que tu en tires … (d’ailleurs concernant l’allaitement je pense que certes les papas sont tout à fait capables de donner un bib de lait maternel à leurs enfants mais il me paraît tout de même plus simple, plus évident, plus efficace pour la lactation et moins contraignant POUR LA FEMME que – s’il s’agit de son lait bien sûr, ne lançons pas un autre débat ;p – ce lait soit pris directement à la source !)
    Désolée pour ce loooong commentaire mais ce sujet me tient vraiment à cœur et si je ne suis pas contre toute idée de changement « par principe » je ne veux pas qu’on m’enlève ce choix et cette possibilité de m’occuper de mes tout-petits …

    >> Concernant l’allaitement, j’ai vu trop de billets qui disaient (je résume) : si on me retire mon congé parental long on m’enlève ma possibilité d’allaiter mon enfant. Je trouve que cet argument est un peu léger (et il m’a ennervé) c’est pour ça effectivement que j’ai insité de facon lourde sur ce point là. Cependant pour avoir cherché les chiifres avec précision, j’espère qu’il ressort de mon post que les femmes ayant choisi de garder leur enfant de la naissance à la maternelle représentent un % peu important de la population et qu’ouvrir le CPE, le rendre attractif au plus grand nombre, sans distinction de sexe me parait une bonne chose. Et d’inscrire ce projet dans une réforme plus globale de l’égalité homme/femme me laisse vraiment espérer une évolution des mentalités et de la société.

  5. MamanL

    Je vais pas te faire une tartine dans ce commentaire, mais mon avis à moi si je suis me permettre c’est que je suis bien POUR une réforme du CP, à condition de débatte certaine choses (le plafond de rémunération de 1800euro environ si j’ai bien compris ne me paraît pas logique, si on force le papa à prendre son congés de 3 mois et qu’il perd 50% de son salaire car oui moi je ne touche pas plus de 1200 euro par mois alors comment ferait-on pour s’en sortir), cela dit je suis plutôt pour réformer ce CP qui doit évoluer en même temps que la famille évolue dans la société (bon ça y est c’est pas un pavé mais presque hein;) )
    Tes arguments me semblent juste et légitime !

    >> Je suis d’accord avec toi, le imposé est peu réaliste, mais n’oublions pas qu’il ne s’agit encore que d’un projet, nous en saurons plus dans les semaines à venir

  6. Isabelle dans les étoiles

    Je rejoins les avis de Femin’elles et NiouzMum quant à la place du papa. Je ne crois que ce soit en imposant les choses et en les contraignant à rester à la maison avec bébé qu’on fera avancer le schmilblick.
    Je fais totalement confiance à la Plume (d’ailleurs quand je bossais c’est lui qui se chargeait de la Sucrette les mardi et mercredi puisque lui bosse le week-end et cela se passait super bien) mais je maintiens que si nous sommes égaux, les hommes et les femmes sont différents. Ce n’est pas une tare que de vouloir rester auprès de bébé quand on est maman.
    Plutôt que cette notion de parité dans le CP moi je trouve qu’on ferait mieux de réussir un instaurer une juste répartition des tâches au quotidien (et là ça durera des années et pas 3 mois).
    C’est clair que pour moi c’est pas gagné parce que je suis une vraie maniaque et que je reprends tout ce que fait la Plume. Résultat: il est dégoûté 😉
    Mais ces dernières semaines je « m’oblige » à le laisser faire comme il l’entend et ben je te garantis que c’est vachement chouette 😉

    >> Dans l’état, le père comme la mère ont la possibilité de prendre l’un comme l’autre le CPE, alors pourquoi les pères ne le font ils pas ? A priori en plus, on ne va pas les enchainer au cosy, ils savent juste que si ils ne prennent pas ce temps, il sera perdu. La différence est là. Toi tu es maniaque ? moi pas du tout :p

  7. alffredine

    pour ma part, je n’ai pas pris de CP pour la naissance de Nounou, et je m’en suis mordue les doigts…. pour Chouquette, j’ai pris 8 mois de CP, pour reprendre le 1er octobre, après la rentrée de Nounou.
    Papa aurait bien aimé prendre un CP, mais financièrement, ce n’était pas possible, et moi, je n’en pouvais plus de rester à m’occuper de la maison et des enfants. Ce n’est pas une question d’aimer ou pas ses enfants, mais de pouvoir « prendre l’air », avoir une conversation censée, instructive. alors, oui, j’ai eu du plaisir à m’occuper de mes enfants, mais, oui, papa et moi aurions aimé partager les rôles, et être un peu mieux rémunérés (indemnisés) pour ça…
    je pense qu’ un congé parental d’un an mieux rémunéré permettrait à davantage de familles d’en bénéficier, mais effectivement, les adeptes du bébé à la maison avec sa famille jusqu’à l’école, seraient déçus.
    enfin, on sait toutes et tous qu’il manque de place en crêche, que les ass mat ne sont pas toutes merveilleuses ni très bien formées (et encore moins surveillées), et que dans ces cas-là, le fait qu’un des parents reste à la maison est un non-choix.
    bref, le sujet est sans fin car chacun voit par sa lorgnette, mais une réforme, pourquoi pas?

    >> Tu résumes très bien tout ce que j’ai voulu dire 🙂

  8. Maud

    C’est intéressant, j’avais pas trop entendu parler de cette réforme…
    Perso, je trouve que 6mois pour le premier c’est bien trop court !! surtout que dans l’EN, si ça tombe sur les vacances, c’est perdu ! pas le choix, c’est les 6m qui suivent la naissance, dommage…
    Pour la partage entre le père et la mère, je pense quand même que ça ne devrait pas être obligatoire (même si effectivement, c’est la meilleure façon que ça devienne vraiment équitable), parce que certains papa n’en ont pê pas envie, alors que d’autres mamans oui… bref, c’est au couple de décider il me semble…
    Dans l’EN (encore), si on prend un congé parental de 3 ans, on perd son poste, faut refaire des voeux à notre retour, donc ça refroidit un peu si on est bien dans notre école… c’est pour ça que je me suis mis à temps partiel, et pas en congé.
    Quant aux modes de garde, ici dans le sud, on dirait bien qu’il y a trop de nounous, car les nounous que je connaisse (agréées) ne trouvent pas d’enfants à garder!! Et oui, ça peut surprendre… pour les crèches par contre, c’est difficile d’avoir une place…

    >> Dans le Sud c’est bien connu, il n’y a que des vieux :p . interessant ton point de vue de prof

  9. coucoumaman

    Non mais moi, j’ai juste un truc à dire là: Drum n’est pas musicien?
    Rhoooo.

    >> Hé non, la musique c’est une passion et il joue de la batterie aussi souvent que possible, mais il a aussi un « vrai » métier

  10. pauline maman trouvetou, maman partage

    Ah je suis contente de voir que toi aussi tu as pensé au 1er enfant! L’ainé est cité dans mon billet sur la réforme lundi. Je ne comprends pas pourquoi il n’a pas la même chance que ses frères et soeurs 😉

    >> entre 6 mois et 3 ans ça fait quand même une sacré différence concernant l’indemnisation du congé

Laisser un commentaire

WordPress Backup