«

»

Sep 29

Convalescence et dépendance

Ça fait un peu plus d’une semaine que je suis sortie de l’hôpital (mon accident est ici). Mes parents ayant eu la gentillesse d’héberger les p’tits rockers pour le weekend de ma sortie, je suis rentrée à la maison dans des conditions idéales de calme et de sérénité.

Depuis lors je suis à la maison, sans vraiment d’occasions de sortir dehors, alors qu’il fait plutôt beau. Les premiers jours après ma sortie j’avais vraiment mal et j’étais épuisée. Je tombais endormie pour un oui ou un non, je n’avais pas spécialement envie de faire des trucs. Maintenant que j’ai moins mal et que je suis moins fatiguée, j’aimerai vraiment pouvoir bouger à ma guise. Malheureusement je ne peux pas conduire, je ne peux pas me déplacer très longtemps avec les béquilles et j’ai vite découvert les limites du fauteuil roulant (notamment sur tous les trottoirs qui ne sont pas parfaitement plats. J’oubliais, merci à tous les connards qui se garent sur les trottoirs !).

Mes journées se résument donc à du canaping intense, des séries, mon pc et ma tablette. Je prends soin de moi aussi : vernis, masques, henné, je profite pour chouchouter mon petit corps que j’ai mis à rude épreuve et qui gardera à jamais les traces de mon accident. Ensuite l’infirmière vient pour mes soins et nounou ramène les enfants.

fracture_de_la_malleole.JPG

Je fais également tout ce que je peux faire dans la maison, je la tiens rangée et propre, je m’occupe de la vaisselle, de l’administratif, de plier le linge, des petits travaux de couture qui attendent. Je commande les courses et fait la cuisine. Malheureusement je ne peux pas en faire plus, mais je pourrais en faire moins. Aussi je déteste quand DrumMajor se plaint que « c’est l’horreur! ». Je culpabilise suffisamment toute seule d’avoir eu cet accident qui me cloue à la maison pour au moins 6 semaines, alors cette réflexion me fait culpabiliser encore plus, j’ai l’impression que je n’en fais pas assez.

Ce sentiment de culpabilité mêlé à l’impuissance que je ressens dans de nombreuses situations, font que depuis une semaine je suis passée par deux crises de rage, au cours desquelles j’ai envoyé valser béquilles et siège roulant, où j’ai chialé toutes les larmes de mon corps, où j’ai maudit ma cheville traitresse, où j’ai détesté mec et gosses.

Et les tempêtes passent, je pense à tout le chemin parcouru depuis ma sortie de l’hôpital, je pense à tout l’immense chemin qu’il me faudra encore parcourir pour pouvoir courir en talons comme avant (ou même pour trottiner en ballerines).

Je m’accroche, la convalescence sera encore longue, semée de petites victoires et de crises de culpabilité. La dépendance pour la passionnée de liberté que je suis, c’est vraiment la merde.

(9 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Yeude

    Je comprends que ça ne doit pas être facile, courage et prends soin de toi <3 Bises

  2. Delphine

    Courage! Je suis passée par là il y a qques temps…
    nC’est dur et tu as le droit de te plaindre! Tout va pourtant s’arranger.
    nMénage-toi (et pas la maison), apprends à devenir patiente (si si de toute façon tu es obligée). Il va falloir faire preuve d’imagination et d’ingéniosité parfois pour contourner ton handicap temporaire.
    nTa maison et les vêtements de tes enfants ne seront peut-être pas archi-parfaits pendant quelques semaines… et alors? Je suis sûre que ta famille va trouver des nouveaux repères dans tout ça.
    nDe mon côté, notre façon de nous mettre la pression et d’être perfectionniste a changé qd j’ai été immobilisée… et c’est bien mieux maintenant, on est beaucoup plus cool et je passe moins pour une Bree Vandekamp… Ça fait moins peur aux amis, et tous se sentent mieux chez nous depuis. L’ambiance à changé, c’est plus à la bonne franquette et c’est pas plus mal!

    nnn

    Allez, on dit qu’il faut 2 semaines pour retrouver des habitudes, tu y est bientôt!
    nBises

  3. cynthia

    Même de loin, on est là, et on va tout faire pour te rendre le quotidien plus… pailleté? On t’aime copine.

  4. Allychachoo - Famille en chantier

    Il n’y a rien de plus chiant que d’être bloquée à la maison avec un plâtre, et encore je te dis ça et toutes les fois où ça m’est arrivée j’étais sans enfant… Pour autant, il faut vraiment faire gaffe à ne pas trop en faire ! Donc remets toi bien et le reste bein ça attendra. Tu as TOUUUUUUUUT le reste de ta vie pour gérer le quotidien, ça te saoulera bien assez vite après ^^

  5. Carole Selky

    Tu pourrais : te mettre au tricot ou au crochet . Faire des scoubidous ou des perles à repasser. Faire imprimer les 208457 photos sur ton ordi et les ranger dans de jolis albums. Que tu scrapbookeras. Tu peux t’essayer a la peinture, à la couture.
    nBon courage ça doit être terriblement long et frustrant. Bises

  6. ludivine

    pas simple pour nous maman de devoir rester tranquille surtout quand on a l’habitude de tout faire!!!
    nne te culpabolise pas tu en fais dejà pas mal et puis ce n’est que pour un certain temps!!
    ncourage

  7. manuech

    Coucou, je compatis je suis restee platree du 2 au 28 aout dernier!!

  8. manuech

    Coucou, je compatis je suis restee platree du 2 au 28 aout dernier!!

  9. Isabelle de Guinzan

    Olala j’avais loupé l’épisode de l’accident ! Je te comprends, c’est tellement frustrant ces situations ! Et je suppose qu’il est inutile de te dire que tu n’as pas du tout lieu de culpabiliser… Allez bon rétablissement en tout cas ! (Comment ça personne n’a encore gribouillé ton plâtre ?? ^^)

Laisser un commentaire

WordPress Backup