«

»

Nov 19

Je compte les plumes qu’il me manque

Depuis une dizaine de jours, je compte les plumes qu’il me manque.
nAprès le clash qu’est ce qu’il reste ? Il reste beaucoup de question, il y a beaucoup d’espoir aussi. Il y a cette lumière au bout du tunnel, cette voix qui te dit à l’intérieur « Bien sûr que tout va s’améliorer, tu souffres depuis trop de temps dans ce service, ta situation va être examinée, tu va changer de service, prépare toi à un nouveau départ »
n
nEt puis il y a leur réponse, un courrier recommandé, une menace « des mesures à votre encontre » et les nerfs qui craquent à nouveau, plus fort encore. Et un cri « pourquoi? »
n
nDepuis une dizaine de jours j’oscille entre l’euphorie la plus totale, il y a des jours où je fais mijoter des petits plats, où je nettoie les carreaux, où je m’active et les jours où je suis une merde intégrale, effondrée, n’ayant même pas le courage de prendre une douche. Une dizaine de jours que je n’ai pas envie de me faire belle, tant pis si les cheveux sont sales, tant pis pour le maquillage et tant mieux si je ressemble à un sac. A ce jour, je ne suis pas prête à compter les plumes qu’il me reste.
n
nJe voudrai rester toute seule dans le noir très longtemps ou allongée dans un bain qui resterait chaud éternellement. Tu n’imagines même pas à quel point c’est difficile de m’arracher à mon chez-moi pour la mission quotidienne que je me suis imposée, celle de sortir et de voir au moins une personne chaque jour. Je ne pensais pas que ce serait tellement dur, j’ai tellement envie de vivre recroquevillée.
n
nEt puis il y a cette échéance, dans 2 jours il faut que j’y retourne, que j’aille à ce rendez-vous qu’ils m’imposent et j’ai cette boule qui se renoue dans le bide. Cette attente angoissante de ne pas savoir ce qu’il va s’y passer.
n
actu-maladie-chronik-1_20080519103917.jpg
n
nMon plus grand souhait était de quitter le service dans lequel je travaille, ce service qui broie les gens, qui ne tourne qu’entre les vengeances mesquines, les petits piapias de couloir, qui te fout une pression de malade. Comment expliquer, qu’au niveau de gestionnaire basique que j’occupe je sois écrasée sous la pression, sous les missions qu’on me balance tous le temps, sans sontrepartie. Et que le choix que j’ai fait de consacrer plus de temps à ma famille se retourne contre moi de façon aussi violente.
n
nJe sais tout ce que j’ai perdu depuis ces derniers mois à évoluer dans cette situation qui ne me convient pas, qui ne me convient plus. Le pire de tout est d’avoir perdu l’estime de moi et la force qui me serait nécessaire pour rebondir.
n
nAu lieu de compter celles qui me reste, je compte les plumes qu’il me manque.
n

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Lil Mum

    L’attente est bien souvent le plis angoissant… j’espère qu’après le rdv, quoiqu’il en sorte, tu seras plus apaisée car les choses seront dites et des mesures seront prises… courage, les plumes, ça repousse !

  2. missbrownie

    Allez, demain on va se changer un peu les idées.
    nTu peux compter sur moi pour ta mission « voir 1 personne par jour » 😉

  3. Alice V

    On ne se connait pas, hormis sur cette planète virtuelle, (ici et FB) mais depuis ton message expliquant ta situation complexe, je pense bien souvent à toi en espérant que ça aille mieux. Ce n’est pas forcément le cas, je comprends.
    nPlein de courage. J’espère que tu seras bientôt apaisée. L’essentiel est que tu prennes soin de toi et de tes petits rockers. Plein de bisous.

  4. Milie

    te fais plein de bisous et t’envoie plein d’ondes +++ pour ton rdv <3

  5. ralfy

    Courage Emma ! C’est pas facile tous les jours, mais il ne faut surtout pas te laisser abattre !! Ces personnes ne méritent vraiment pas que tu te dénigre comme ça ! tu as une raison de te battre, ta force tu la trouve au coeur de ta famille tu n’es pas toute seule. Tu as bien un syndicat dans ta boite ? Essaie d’aller à ton rdv accompagnée d’un syndicat. De toute façon que risques tu ? d’être mal vue ?? et en parallèle cherche ailleurs, envoie des cv… si tu peux trouver quelque chose d’autre, ta santé morale en dépend… Sois forte, je suis sûre que tu peux y arriver !!!!

  6. 1 mamie des p'tits loups

    ce n’est pas facile du tout de vivre cela mais ne te laisse pas détruire et positive, c’est le seul moyen de s’en sortir. Pense à ta famille qui est ta richesse et rien n’est joué encore. N’y va pas en perdante!! mais calme et déterminée et fais toi aider si tu le peux il doit bien y avoir des gens bien dans cette boite! Gros bisous

  7. Mademoiselle Farfalle

    Des bisous. Plein.
    nEt moi aussi je suis candidate pour être LA personne. Quand tu veux ^^

  8. NiouzMum

    C’est dingue comme le boulot peut être destructeur parfois, c’en est révoltant (quand je ne suis pas en congé parental, lol, je fais un job « alimentaire » dans lequel je ne m’épanouis pas non plus et, même si j’arrivais à faire passer bien loin au-dessus de ma tête la pression qu’ils me mettaient – pas sûre que j’y parvienne encore quand je reprendrai-, j’en ai perdu toute estime professionnelle de moi-même et j’aurais ainsi bien du mal à « me vendre » ailleurs)
    nJ’espère de tout coeur que ça va s’arranger, des bises

  9. Rod

    Ton histoire ça sent la mise au placard à 200 m depuis le début…
    nEn regardant cela de près, et en comparant cela avec la définition du terme « harcèlement » (d’ailleurs dont l’affichage est obligatoire -information-)… Il y a de quoi se poser des questions…
    nOnt-ils pour but de te faire démissionner (pas d’indemnité, pas de chômage…) ?

  10. alffredine

    et négocier une rupture conventionnelle? je sais très bien que ce n’est pas gagné du tout (pour moi, ça a échoué…) mais qui ne tente rien n’a rien… et sinon, oui, vas-y accompagnée, c’est important que vous soyez 2 à entendre les choses, et on rebondit mieux sur les propos des personnes qui sont en fzce.
    nCourage, je pense bien à toi

Laisser un commentaire

WordPress Backup