«

»

Jan 11

La catastrophe des Soldes

Je suis munie d’une paire d’enfants en polis, bien élevés avec une pointe d’impertinence, obéissants et réfléchis, mais il suffit que je passe la porte de n’importe quel magasin pour qu’en 5 secondes ils passent d’un état d’enfants « neutres » à l’état d’enfants « what the fuck ».

L’incident Darjeeling

La première fois que j’ai poussé la porte de Darjeeling (j’adore leur lingerie) avec mes 2 enfants, j’ai assisté impuissante à une Bérézina. Les enfants ont touché à tout, ils ont décroché les slips et les soutien-gorges des cintres bien relous à remettre, ils ont enlevé toutes les étiquettes de début de rayonnages qui indiquaient les produits en promo. Je suis partie honteuse, en m’excusant 100 fois et sans rien acheter sous le regard noir des vendeuses.

Après l’incident Darjeeling, j’étais furibarde contre mes enfants, me foutre la honte en se comportant comme des sales gosses dans un magasin, ça ne leur ressemble tellement pas. Avaient-ils si peu de cœur pour leur mère qu’ils devaient me faire payer le prix fort pour une unique et malheureuse séance de shopping ? C’est donc avec un espoir tout neuf que j’ai retenté l’expérience quelques jours plus tard, non sans leur avoir copieusement rappelé les règles de la bonne conduite juste avant. Mais une minute après être entrés dans le magasin, j’ai assisté impuissante au retour des enfants « what the fuck », ceux qui touchent à tout, qui jouent à cache-cache dans les rayons, qui crient, qui bousculent les gens et que RIEN n’arrête.

Il est évident que je me suis remise en question (saleté de bonne éducation et d’excès d’empathie à la con) si les enfants font les andouilles dans les magasins c’est évidemment parce que les magasins que je leur propose ne les intéressent pas. Partant de ce constat j’ai testé les magasins « kids friendly ». Toutes mes sessions shopping se sont soldées soit par le « Bazar chez TAO », la « Honte à Picwic » ou encore le « Merdier à la Fnac »

Je répète les recommandations, je crie, j’attrape des petits membres qui s’échappent aussitôt en se tortillant, je relève des paquets de gosses mous qui se trainent à terre, je dis « CHHHHHHHHUUUUUUUUTTTTT!!!!!! », je me cache, je croise des regards de pitié, je murmure « Mais à qui sont ces enfants ? », j’ai honte tout simplement.

Honte de montrer à la face du monde des enfants « what the fuck » sachant qu’ils ne sont PAS DU TOUT comme ça.

Après le « Désastre à Kiabi » lors duquel j’ai quand même réussi à perdre ma fille dans l’immense magasin juste à l’heure de la fermeture, j’ai décidé de ne plus jamais faire de shopping avec ces sales gosses. Tant pis, j’achèterai désormais le nécessaire hors de leur présence (sur internet donc). Las, mercredi, premier jour des soldes, MERCREDI. MissT avait besoin d’une nouvelle paire de bottines et je voulais acheter un manteau pour l’hiver prochain à GumBoy.

Mercredi, j’ai donc pris mes enfants sous le bras pour une séance de shopping au magasins d’usine. Tu imagines le combo magasins d’usine immenses + premier jour des soldes + enfants relous. J’aime les défis apparemment.

Une fois re-re-re-re-re-répétées les recommandations d’usage de bonne conduite dans les magasins, je leur ai mis dans les mains chacun une grosse brioche, au moins ils auraient la bouche occupée à autre chose qu’à beugler. Je n’ai pas lâché les mains et je suis restée droite dans mes bottes.

Pendant 5 minutes ça a été parfait.

Laisser un commentaire

WordPress Backup