«

»

Jan 07

La valse du mercredi

Quand j’y pense, il y a une certaine ironie autour de mes journées du mercredi.

Il y a un peu plus d’un an j’ai été licenciée sur un prétexte à la noix, mais je sais intimement que ma grande faute était d’avoir demandé un 80% avec le mercredi libéré. Ce « jour des enfants » je voulais le sanctuariser plutôt que de le passer au travail jusque 18h00. In fine, au chomage, j’ai passé presqu’un an à avoir des « jours des enfants » quotidiens. 

En cherchant du travail, j’avais une exigence : ne pas travailler le merdredi pour préserver les enfants … tu la vois venir l’ironie là ? 

Evidemment, dès le premier contrat que j’ai trouvé, il n’a pas été question de me laisser les mercredis. Premier coup de canif avec moi même. Il a fallu d’urgence trouver des modes de garde, surtout pour ma pitchounette de 2 ans et demi trop petite pour le centre et trop grande pour la crèche. 

Laisser un commentaire

WordPress Backup