«

»

Mar 15

Et un jour il grandit d’un coup

Quand je regarde mes enfants grandir, je me pose souvent la question de quand s’arrête l’enfance pour laisser place à l’âge adulte. Pour ma part, je pense avoir définitivement basculé dans l’âge adulte après mon burn-out professionnel, depuis cette période, ma naïveté et ma confiance se sont définitivement envolées pour laisser place à l’esprit critique et à la désillusion. Quand je me retourne sur moi-même, je regrette cette façon naïve que j’avais de voir la vie et cette confiance absolue en mes pairs car j’étais moins soucieuse. Pourtant je devrais remercier ma méfiance de me protéger des personnes moches, au risque de louper les personnes qui sont vraiment jolies.

Ce seraient donc les coups durs de la vie qui nous déshabilleraient de notre enfance, les épreuves qui nous endurciraient et étoufferaient l’insouciance et la magie. Alors que je pense avec peine à mon enfance totalement enfouie en moi, je vois mon fils être heureux de sortir de son enfance, d’apprendre des secrets d’adulte et grandir d’un coup.

GumBoy a eu 7 ans le 24 février et les deux semaines qui ont suivi cette entrée dans « l’âge de raison » ont été particulièrement intenses au niveau émotionnel.

Les 7 bougies à peine refroidies, la sonnerie d’un téléphone en pleine nuit tirait toute la famille du sommeil. Nous, adultes, savions d’expérience qu’une sonnerie de téléphone en pleine nuit ressemble au hurlement d’une banshee et n’est jamais porteuse de bonnes nouvelles. C’est à moi qu’est revenue la lourde mission au petit matin d’annoncer à mes deux enfants qu’un de leurs papis adoré avait cessé de vivre.

Leurs deux réactions à l’annonce de cette nouvelle terrible ont été aussi différentes que leurs caractères respectifs. GumBoy a parlé, parlé, pleuré, été triste, encore parlé. Un flot de paroles pour faire rentrer la mort dans notre nouvelle réalité, des mots sur ses maux. Il a été triste et philosophe, revivant sans doute les heures du deuil de son pépé. MissT n’a rien dit, elle est partie en silence. Je l’ai trouvée quelques minutes plus tard, prostrée dans son lit, sans larmes. J’ai dû l’autoriser à être triste, l’autoriser à parler de papi, l’autoriser à commencer son deuil.

Les jours suivants, j’ai été paumée. Aussi bien dans l’organisation du quotidien que dans mes sentiments. Par malheur, GumBoy et MissT ont souffert de la grippe toute la semaine, ce qui a compliqué mon planning bourré d’entretiens d’embauche. Ajoutons à ça la tristesse de toute une famille à gérer et le quotidien à assurer, j’ai plus ressemblé à une maman en carton toute la semaine et à cause de mon manque de vigilance GumBoy a découvert le secret de la Petite Souris.

Quand j’y repense, je mérite vraiment la palme de la pire mère de l’année. Depuis le début de la matinée, il farfouillait dans mes affaires, ça m’énervait, je l’ai repris plusieurs fois, mais il est arrivé avec à la main la petite pochette dans laquelle je garde ses petites dents de lait, des questions plein les yeux.

Et moi, j’ai réagi de façon épidermique, je l’ai giflé avec mes mots « Oui, ben tu croyais quoi ? La Petite Souris n’existe pas ! C’est les parents ! »

Oups, oups, oups, OUPS !

Alors là, j’avais fait fort. Niveau de brutalité verbale au maximum. Je l’ai regardé s’éloigner penaud tout en continuant de pester qu’il n’avait qu’à pas fouiller dans mes affaires…

Quelques heures plus tard, j’ai enfin pris quelques minutes seule à seul avec mon garçon pour reparler de la Petite Souris. Étonnamment, il a été plus peiné de réaliser le mensonge des adultes que de l’inexistence du généreux rongeur en lui-même. Nous sommes tombés d’accord qu’un mensonge qui ne fait de tort à personne et qui rend la vie plus jolie est un mensonge pas grave. Nous avons également conclu un pacte de non-révélation du secret à MissT. Ça a ravi GumBoy d’être détenteur d’un secret d’adulte et d’avoir un coup d’avance sur sa sœur. Notre discussion s’est terminée sur une note positive.

Tu te doutes bien quel secret d’adulte s’est effondré quelques jours plus tard …

C’est samedi midi en rentrant de l’école que GumBoy m’a demandé si le Père Noël c’était les parents. Il était prêt à entendre la vérité. Il m’a exposé les indices qui l’avaient mené à cette conclusion. J’ai confirmé. Oui c’est bien les parents qui achètent les cadeaux. Je crois que le monde adulte l’a épaté pour le coup. Il a été impressionné par tous les moyens que les grands mettent en œuvre pour faire gober un truc aussi gros pendant plusieurs semaines dans l’année, sur plusieurs années. De la liste au Père Noël, aux messages vidéo du Père Noël, aux cadeaux qui apparaissent par magie, nous sommes rentrés dans tous les détails et surtout nous avons rajouté une annexe à notre pacte de non-révélation du secret à MissT.

PicsArt_03-15-08.42.39.jpg

N’importe qui aurait mal vécu la succession de ces évènements, la perte de proches, l’envol de 2 jolies légendes, les mensonges des adultes, le tout dans un laps de temps très court. Mais GumBoy va bien, il garde son sourire, il dort bien, il passe toujours autant de temps à se coiffer le matin, il est gai et étonnamment, alors que je me lamente sur mon âme d’enfant envolée, lui est heureux d’avoir poussé la porte qui mène à l’âge adulte.

(1 commentaire)

  1. Supatofa

    Ton texte est très touchant
    nBises

Laisser un commentaire

WordPress Backup